Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Retour sur le colloque E&D 2013 à Aix en Provence - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

Deux jours de réflexion et d’échanges ont démontré que cette question complexe au départ, tant dans sa définition que dans ses applications a pu être étudiée sur des faces multiples qui ont apporté un éclairage nouveau aux congressistes.

 

Les points de vue différents mais complémentaires (Françoise Lorcerie pour la sociologie qui a interrogé la notion même de culture, Eric Favey qui nous a rappelé qu’il s’agissait de construire un peuple porteur de cultures multiples, Alain Kerlan qui en philosophe qui se respecte, nous a démontré qu’enracinement et arrachement permettent l’émergence de l’altérité, Marie-Madeleine Bertucci qui nous a montré que les élèves aux langues multiples vivent des positions fragiles, et Bernard Morel dont l’analyse s’appuyant sur le territoire marseillais et régional a été lumineuse et a permis de rassembler les approches multiples) ont permis de dégager quelques pistes d’action, mais aussi de mise en œuvre sur le terrain.

 

La question de la culture ou des cultures exige une démarche de reconnaissance de l’autre, de son acceptation dans sa réalité multiculturelle : c’est à ce compte-là que l’égalité à l’école retrouvera sa place. C’est ce qu’a rappelé Joël Roman, philosophe grand témoin pendant ses trois jours.

L’école ne peut pas tout, mais si elle agit sur son territoire avec tous les acteurs (famille, collectivités, associations), elle peut beaucoup, car elle a des compétences. Il s’agit donc aussi que l’école installe un véritable fonctionnement démocratique à tous les niveaux et particulièrement dans les établissements scolaires (adultes et élèves compris).

 

Les tables rondes ont réuni des acteurs de terrain (associations, collectivités territoriales, acteurs culturels, praticiens de l’éducation) dont on a vu qu’ils avaient une communauté de langage. Quant à la parole des élèves, elle a constitué un événement majeur du colloque : capacité créatrice, aptitude à dire pourquoi et comment la relation à l’art et à la culture changeait leur vie, reconnaissance du rôle positif de leurs maîtres en qui ils ont vu de véritables pédagogues qui les ont révélés à eux-mêmes.

 Ce colloque a été mené en partenariat avec le nouveau musée national de Marseille, le MUCEM et la Ligue de l’enseignement.

images du colloque

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES